Le football en quelques mots !

Le lexique du football

 

A

Action : Ensemble de combinaisons menant à une situation devant le but.

Aile de pigeon : Terme désignant un type de prise de ballon. Le joueur contrôle, dévie ou frappe le ballon avec l'extérieur du pied ou le talon alors que le ballon est en l'air, derrière ou à coté de lui, avec la jambe pliée.

Ailier : Joueur offensif qui évolue sur un côté du terrain (l'aile) et dont le rôle est généralement de déborder, de centrer le ballon. On parle d'ailier droit ou d'ailier gauche. Historiquement joueur de la ligne avant, il est en relative disparition dans les où certains joueurs apparaissent comme jouant dans le « couloir » latéral et remplissent aussi cette fonction.

Amorti : Contrôle du ballon pour freiner la course du ballon.

Anti-jeu : Conduite antisportive. On considère comme un acte d'anti-jeu tout geste délibérément fautif visant à empêcher l'adversaire de jouer : retenir un joueur adverse par le maillot en pleine course, le tacler brutalement par derrière alors qu'il s'élançait seul vers le but, etc. Ce genre de geste peut être sanctionné par un carton jaune ou rouge. On parle aussi parfois d'anti-jeu lorsqu'une équipe, menant au score, ou un joueur tente de gagner du temps en ralentissant le jeu ou en faisant durer au maximum les séquences d'arrêt de jeu.

Appel de balle : L'appel de balle est la course effectuée par un joueur pour signifier qu'il attend le ballon. Souvent utilisé pour caractériser le jeu des attaquants. Ceux-ci peuvent faire des appels « dans le dos » de la défense (en profondeur), sur les côtés pour éventuellement centrer. Les appels permettent également de créer de fausses pistes pour désorganiser une défense et ouvrir des espaces pour les autres attaquants.

Appels croisés : Deux attaquants croisent leurs courses pour appeler la balle, ils essaient ainsi de désorganiser les défenseurs.

Appui : le jeu en appui désigne la manière de jouer d'un attaquant qui, plus haut que le reste de l'équipe, sert de point d'ancrage pour progresser vers le but adverse par le biais d'appui-remise. Il permet aussi d'attirer les défenseurs autour de lui, pour libérer des espaces.

Arbitre : Personne qui veille au respect des règles.

Arbitre assistant : Comme son nom l'indique, cet arbitre assiste l'arbitre principal du match. Appelé auparavant "juge de touche", il se déplace au bord du terrain, le long de la ligne de touche. Il indique principalement les hors-jeu, si et où le ballon est sorti et à qui revient la remise en jeu mais aussi signale les fautes.

« Arconada » : « Faire une arconada », expression principalement employée en France lorsque le gardien de but se couche sur la balle mais que celle-ci lui glisse sous le corps. Ce terme fait référence au gardien espagnol Luis Arconada, auteur d'une erreur semblable lors de la finale de l'Euro 84 sur un coup franc de Michel Platini.

Arrêts de jeu : Temps de jeu qui est décompté par l'arbitre et qui est rajouté à chaque mi-temps au-delà des 45 minutes règlementaires. L'arbitre rajoute en général 30 secondes de plus par changement de joueur, 1 mn en cas de blessure d'un joueur et une minute supplémentaire (que l'ex-entraineur et commentateur français Guy Roux appelle la minute syndicale).

Arrière latéral : Défenseur qui occupe un côté de la défense (arrière latéral droit ou gauche). En général, dans le football moderne, l'arrière latéral remonte le terrain en phase offensive de son équipe.

Ascenseur : En football, ce terme désigne l'action pour un joueur de s'appuyer sur un adversaire pour jouer un ballon aérien. L'ascenseur est considéré comme une faute et peut entraîner un coup franc.

Assise : Synonyme pour parle de la stabilité tactique d'une équipe.

Assist : voir passe décisive.

« Attentat » : « Commettre un attentat » expression employée lorsqu'un joueur commet une faute grave et volontaire sur un autre joueur, au risque d'entraîner une blessure.

Avertissement : Ce terme est généralement synonyme de carton jaune. Mais l'arbitre peut adresser un avertissement verbal au joueur avant de lui infliger un carton jaune.

Avant-centre : joueur faisant partie des attaquants qui évolue en position offensive axiale. Il peut être le seul joueur en position d'attaquant, avec un autre avant-centre ou sur un schéma plus classique avec deux attaquants ailiers. Il existe plusieurs types d'avant centre : l'avant-centre en pointe (joueur jouant le plus en avant de son équipe, par exemple position fréquente de Filippo Inzaghi), en pivot (un peu plus en retrait par rapport à (aux) ailier(s), il est le point d'ancrage du milieu de terrain vers l'avant, et joue principalement en remise et déviation soit vers les ailiers, soit vers les milieux de terrain, jeu par exemple d'un Didier Drogba), etc.

B

Ballon de football : Ballon sphérique destiné au jeu du football

Ballon d'or : Récompense décernée par le magazine français France football et remise, début décembre, au meilleur joueur de l'année, selon un vote de journalistes européens. Le Ballon d'or a été créé en 1956. Jusqu'en 2007, il ne récompensait qu'un joueur évoluant en Europe.

Ballon de plomb : « récompense » décernée par Les Cahiers du football pour désigner le plus mauvais joueur de ligue 1 de l'année.

Banc de touche : Abri hors terrain où les joueurs se réunissent pour s'échauffer en attendant de débuter le remplacement d'un autre joueur. Par métonymie, désigne le groupe des joueurs remplaçants.

Baraka :("avoir la Baraka") Désigne la chance évidente dont bénéficie une équipe. Souvent utilisé pour les gardiens.

Béton : Terme générique pour qualifier une tactique ultra-défensive. On dit d'une équipe qu'elle « bétonne » ou qu'elle pratique le « béton ». Cette stratégie est utilisée en général lors des dernières minutes d'un match à fort enjeu par une équipe menant d'un but d'avance.

Bicyclette : Tir de volée en extension où l'impulsion et le tir sont réalisés avec la même jambe ; les 2 jambes se croisent alors dans les airs. La bicyclette retournée (tête en bas, amorcée dos au but) est généralement considérée comme le geste le plus spectaculaire du football. Ce geste fut popularisé (mais pas inventé) par le Brésilien Leônidas da Silva, meilleur buteur de la Coupe du monde 1938.

Bidone : en argot italien, désigne un joueur médiocre, surcoté, ne répondant pas aux attentes placées en lui.

Biscotte : Terme familier désignant le carton jaune que l'arbitre sort pour avertir un joueur fautif.

Bouffer la feuille [de match] : expression qualifiant un attaquant en panne de réussite au cours d'un match, ou ratant une action de but facile.

Boulet de canon : tir puissant visant à marquer en force

Bourde : Faute grossière du gardien ou d'un joueur en défense et qui entraine un but.

Bundesliga : Le championnat allemand (littéralement, le terme signifie « ligue fédérale ») définit actuellement les deux premières divisions du championnat. C'est également le nom du championnat autrichien, de moindre notoriété.

But : Objectif même du football, le but consiste à faire passer le ballon au-delà de la ligne de but, entre les deux poteaux et sous la barre transversale.

But casquette : Désigne un but encaissé de façon stupide ou insolite.

But contre son camp (c.s.c) : ou autogoal. Il s'agit du terme employé lorsqu'un joueur fait entrer le ballon dans ses propres buts. Le but est alors accordé à l'équipe adverse. Cette action étant involontaire, on accorde le but contre son camp au joueur fautif uniquement si celui-ci a fait entrer le ballon en changeant radicalement la course de celui-ci (une déviation est rarement reconnue comme but contre son camp).

But en argent : Le but en argent sert à départager deux équipes lors des prolongations. Au terme de la première mi-temps de la prolongation, l'équipe qui mène remporte la partie. Si l'égalité subsiste, on joue la seconde mi-temps. Si à la fin des deux périodes de 15 minutes, les deux équipes sont a égalité, on a alors recours à une séance de tirs au but.

But en or : Le but en or sert à départager deux équipes lors des prolongations. La première équipe qui marque durant les prolongations remporte la partie et met fin aux prolongations. Si l'égalité subsiste à la fin des deux périodes de 15 minutes, on a alors recours à une séance de tirs au but. La règle du but en or est appliquée pour la première fois lors du Championnat du Monde Junior disputé en Australie en 1993. Pendant le tour préliminaire de la Shell Caribbean Cup 1994, un règlement selon lequel le but en or compte double est expérimenté : l'expérience tourne à la farce quand une équipe marque délibérément contre son camp à la fin du temps règlementaire pour pouvoir bénéficier de ce but comptant double pendant la prolongation. Cette règle sera néanmoins appliquée pendant quelques compétitions internationales majeures. L'Allemagne gagne la finale du Championnat d'Europe de football 1996 et la France gagne celle du Championnat d'Europe de football 2000 sur un but en or. L'International Board supprime cette règle le 27 février 2004.

Buteur : C’est un joueur qui marque un but. Le terme de buteur sert également à désigner un joueur évoluant au poste d'avant-centre, dont le rôle est donc logiquement de marquer des buts.

But libérateur : But marqué vers la fin du match, en général par l'équipe favorite, d'un match à suspense ou crispé, qui « libère » alors l'équipe qui a marqué.

C

Cadre : Terme technique désignant la structure du but. Par extension, un tir ou frappe est cadré lorsque sa trajectoire se dirigeait vers l'intérieur du but, par opposition à un tir non-cadré qui passe à côté du "cadre".

Cadre : Joueur généralement titulaire dans son équipe, ayant une importance importante sur le terrain mais aussi dans "le vestiaire" (par analogie aux cadres d'entreprise).

Café crème : terme générique désignant un dribble ayant permis l'élimination rapide (et souvent un peu humiliante) d'un adversaire (par un passement de jambes, un petit pont, etc.).

Calcio : Souvent utilisé à tort pour désigner le championnat italien, calcio est le mot italien pour parler du jeu de football.

Capitaine : Le capitaine est généralement assimilé au patron de l'équipe. Source de motivation pour ses coéquipiers, et contrairement à ce qu'on croit, il n'est pas plus autorisé qu'un autre joueur à réclamer auprès de l'arbitre. Ses tâches se résument au choix du terrain lors de l'engagement, et la réception du trophée. Il rend visite à l'arbitre avant la rencontre pour recevoir les consignes particulières à la rencontre.

Capter : Terme signifiant, pour un gardien, le fait de bloquer le ballon sur une frappe.

Carton jaune : Premier avertissement délivré par l'arbitre à un joueur, le second débouche sur un carton rouge, synonyme d'expulsion.

Carton rouge : Signe matérialisé par cet objet de l'expulsion d'un joueur.

Carton vert : Lorsque l'arbitre sort le carton vert, il autorise les médecins à venir sur le terrain. Le carton vert n'est plus utilisé par les arbitres (du moins dans le football professionnel) depuis 2003.

Casper : Adjectif référence au célèbre fantôme qualifiant un joueur qui ne se fait pas remarquer pendant le match et ne participe pas à l'efficacité de l'équipe. Synonyme: invisible, transparent, fantomatique, parti aux fraises.

Catenaccio : Terme italien (signifiant littéralement cadenas) qui désigne un système défensif très rigoureux renforcé par un libéro.

Caviar : Passe décisive qui est synonyme de but facile pour le joueur placé en position de marquer un but.

Centre : Consiste à envoyer le ballon dans la surface de réparation depuis les côtés pour chercher un attaquant, soit en l'air pour une tête, soit à ras de terre pour une reprise du pied. Les joueurs amenés à centrer régulièrement sont les ailiers et les arrières latéraux offensifs. Le centre est généralement déclenché après un débordement sur le côté. Il faut donc souvent dribbler son adversaire direct avant de pouvoir centrer.

Centre au cordeau : Centre parfait

Centre en retrait : Consiste à faire un centre au ras du sol, en retrait par rapport au but et de l'action afin de prendre en défaut la défense se repliant sur le but. Le centre en retrait est souvent considéré comme l'arme fatale lorsqu'il peut être réalisé notamment par le fait qu'il est difficile pour le défenseur de l'intercepter et qu'il prend à revers la défense.

Championnat d'Europe : Championnat continental des équipes nationales ayant lieu tous les quatre ans, parfois appelé Coupe d'Europe des nations. Pour les compétitions de clubs, voir Coupe d'Europe.

Charge : Action d'un joueur qui bouscule un adversaire pour l'empêcher d'avoir le ballon, et qui est sanctionné par une faute (la charge sur le gardien notamment).

Chèvre : (Argot) Joueur surcoté ou maladroit. Devient très vite la principale cible des récriminations des supporters. Parfois, c'est l'équipe entière qui est concernée.

Chauffer (ou cirer) le banc de touche : Le fait, pour un joueur, d'être la plupart du temps remplaçant.

Ciseau : Frappe réalisée en extension avec un mouvement de ciseaux des deux jambes permettant d'assurer l'équilibre (voir bicyclette).

Classico est le nom donné au derby entre le Real Madrid et le FC Barcelone, les 2 principaux clubs espagnols à la forte rivalité. Par extension, il désigne maintenant d'autres matchs importants et attendus, par exemple en France OM-PSG.

Clássico Vovô, ou o vovô de todos os clássicos (« le grand-père de tous les classiques » en français) est le nom donné au Brésil au derby de Rio de Janeiro entre les équipes du Botafogo de Futebol e Regatas et du Fluminense Football Club. Il s'agit du plus vieux « classique » du Brésil, le premier ayant eu lieu le 22 octobre 1905 (victoire du Fluminense par 6 buts à 0). Au 23 septembre 2007, date de la dernière rencontre, 317 derbies ont été disputés, pour 116 victoires du Fluminense, 106 du Botafogo et 95 matches nuls.

Combinaison  : Séquence de jeu mettant en scène plusieurs joueurs qui réalisent un jeu de passes propre à dérouter l'adversaire (par exemple, un une-deux). La combinaison peut se faire sur une action de jeu ou sur coup de pied arrêté (corner ou coup franc).

Contestation : Se dit lorsqu'un joueur conteste une décision de l'arbitre. Celui-ci peut alors lui adresser un carton jaune, même si le joueur n'est pas à l'origine de la faute.

Contre (ou contre-attaque) : Le contre est une action rapide, menée après l'échec d'une attaque adverse ou d'une récupération collective. L'équipe qui contre fait face généralement à une équipe déséquilibrée, désorganisée car en phase d'attaque. Le but est alors de remonter la balle le plus rapidement possible en jouant dans les espaces vides de la défense prise en contre.

Contre-appel : Appel de balle qui prend l'adversaire à contre-pied.

Contrôle orienté : Contrôle de balle qui anticipe déjà le mouvement du joueur, il permet de dribbler un adversaire ou d'accélérer le rythme.

Corner ou coup de pied de coin  : Coup de pied de coin provoqué lorsqu'un défenseur a touché en dernier la balle franchissant la ligne de but. Un joueur va donc tirer le ballon, ce dernier étant positionné dans le petit triangle au coin du terrain, le premier défenseur adverse doit se trouver à 9,15 m. En France, le terme de Corner, apocope du terme anglais corner kick est majoritairement employé, même si le terme exact est « coup de pied de coin »

Coup de pied arrêté : Ensemble des reprises de jeu où le ballon est posé pour les effectuer : corner, coup franc, penalty...

Coup-du-chapeau : Le fait, pour un même joueur, de réussir trois buts dans le même match. En anglais : Hat trick. Cette définition est cependant contestée : certains ne considèrent les trois buts comme un coup du chapeau que si aucun but d'un autre joueur ne s'est intercalé entre eux, d'autres encore affirment qu'il faut, en plus, que les trois buts aient été marqués un du pied droit, un du pied gauche, et un de la tête, sans ordre spécial.

Coup-du-crapaud ou Cuauhtémoc : Passer ses adversaires en sautant avec le ballon entre ses jambes.

Coup-du-foulard ou Rabona : Centre effectué en frappant le ballon derrière sa jambe d'appui. Très esthétique, ce geste permet souvent de centrer avec son bon pied.

Coup du scorpion : Geste effectué en sautant et basculant, de façon à se retrouver presque en position horizontale, et en frappant alors le ballon avec les talons. Parfois réalisé avec un seul talon sans sauter. Rendu célèbre par le gardien colombien René Higuita.

Coup franc : Sanction pénalisant une faute. Certaines fautes commises dans la surface de réparation peuvent également donner lieu à un coup franc indirect. En revanche, tout coup franc direct est converti en penalty si la faute est commise dans la surface. Les coups francs directs peuvent être tirés directement au but, tandis que les coups francs indirects se jouent en deux temps. Les joueurs adverses doivent se trouver à une distance d'au moins9,15 mètres du ballon au moment du tir, et ils forment généralement un mur à cette distance afin de gêner le tireur. L'art du tireur de coup franc consiste à contourner le mur. Platini et Mihajlović sont sans doute les plus illustres représentants de cet exercice (ayant par ailleurs réussi à marquer trois coup francs dans un même match). On peut aussi citer parmi les plus grands tireurs de coup franc, que ce soit en puissance ou en précision, Zidane, Beckham ou encore Roberto Carlos. Aujourd'hui Alessandro Del Piero, Andrea Pirlo, Juninho, Wesley Sneijder, Steven Gerrard, Cristiano Ronaldo ou encore Ronaldinho sont considérés comme parmi les meilleurs tireurs de coup franc au monde.

Coup du sombrero : Effectuer un petit lob par-dessus l'adversaire pour le passer.

Copa America : Compétition réunissant les meilleures équipes nationales du contient sud-américain, organisée tous les 4 ans.

Coupe d'Europe : Terme général désignant plusieurs compétitions internationales pour le clubs. Depuis la saison 1999/2000, le terme inclue la Ligue de Champions (aussi dite C1) et Ligue Europa (ou C3, anciennement Coupe UEFA). Une place parmis les meilleures équipes du championnat national (le nombre de places varie selon le pays), ou une victoire en coupe permet à un club de se qualifier pour l'une ou l'autre des compétitions la saison suivante. On peut parler dans ce cas de places européennes. Pour la compétition nationale, voire Championnat d'Europe.

Coupe des Confédérations : Compétition internationale assez récente organisée par la FIFA qui se dispute dans le pays qui va organiser la prochaine coupe du Monde et pour lequel elle sert de test pour ses installations. Elle réunit l'équipe championne du monde en titre et celles championnes de la coupe continentale de leur confédération en Europe, Asie, Amérique du Nord, Amérique du Sud, Afrique et Océanie ainsi que l'équipe du pays organisateur.

Coupe du monde : Compétition réunissant les meilleures équipes nationales, organisée tous les 4 ans.

Couverture de balle : Capacité d'un joueur à garder le ballon en se mettant en opposition entre celui-ci et son adversaire direct. Cette technique permet, dans les matchs importants, de perdre du temps et entre autres de provoquer la faute suite à l'énervement de l'adversaire. Elle est illégale lorsqu'elle effectuée dans le but de laisser sortir le ballon de l'aire de jeu. Il s'agit alors d'une obstruction... Seulement personne ne semble être au courant, pas même les arbitres.

Crochet : Geste technique qui consiste à effacer un adversaire direct en déportant légèrement le ballon vers un côté puis en accélérant vers l'avant. Le crochet est dit intérieur ou extérieur suivant qu'il est réalisé avec l'intérieur ou l'extérieur du pied. Un joueur peut faire un double, triple crochet s'il déporte le ballon alternativement vers la gauche, la droite, la gauche, etc.

Croc-en-jambe (ou croche-pied) : Faute d'un joueur qui déséquilibre l'adversaire avec sa jambe, sans jouer le ballon.

Crucifier : verbe souvent employé dans les commentaires des matchs et qui peut avoir deux sens différents :

·         Une équipe est « crucifiée » lorsqu'une équipe est menée de 2 buts et qu'elle encaisse un troisième but. Ce dernier ôte l'espoir de revenir au score et la démoralise.

·         Le gardien est « crucifié » lorsque, surpris par un but marqué en force ou très rapidement, il se retrouve sur ses appuis, les bras en croix, sans avoir pu esquisser de geste pour repousser le ballon.

 

D

(se) Déchirer : Expression signifiant que le joueur a totalement manqué une relance ou un tir par exemple.

Dégagement : Mettre le ballon en dehors de la zone défensive sous la pression de l'équipe adverse.

Déjouer : Faire déjouer l'adversaire signifie empêcher l'équipe adverse de développer son jeu et de s'appuyer sur ses points forts, par exemple en isolant ses meilleurs joueurs ou en exerçant un pressing.

Démarquer (se) : Échapper à la surveillance de son adversaire direct, afin de n'avoir aucun adversaire dans sa zone. Cela permet de recevoir une passe d'un coéquipier librement.

Demi-volée : Frappe vers le but au moment ou le ballon retombe et touche juste le sol.

Derby : Dans son sens premier anglais, un derby est un match opposant deux équipes importantes, le local derbyétant lui un match d'importance opposant deux clubs de la même ville. En français, le mot derby a pris ce dernier sens, sont ainsi des derbys les matchs Manchester United -Manchester City, Milan-AC-Inter de Milan, etc.) En France, où il n'y a pas comme dans les autres grands pays européens du football, plusieurs clubs d'importance dans une même grande ville, le mot derby a alors désigné le match entre deux équipes dont les villes sont géographiquement proches et entre lesquelles il existait une rivalité historique (Saint-Étienne-Lyon, Lens-Lille, Rennes-Nantes). Ces dernières années, le mot a été un peu galvaudé et étendu à des matchs opposant des villes plus éloignées l'une de l'autre ("derby breton" pour Lorient-Rennes, "derby de l'Atlantique" pour Nantes-bordeaux, "derby de la Garonne" pour Bordeaux-Toulouse, etc.)

Détente : Capacité d'un joueur à sauter haut. Avoir une bonne détente est très utile sur les corners et les coups francs, pour un attaquant comme pour un défenseur, afin de ne pas se faire devancer de la tête.

Déviation : (Jouer en) Jouer rapidement, en une touche de balle, directement vers un coéquipier. Le joueur se contente d'effleurer le ballon pour simplement dévier sa trajectoire.

Dévisser : se dit d'un joueur qui manque completement sa frappe au but ou en passe a un équipier.

Double contact : Passer le ballon en le touchant très rapidement deux fois, avec un seul ou deux pieds pour surprendre l'adversaire.

Dribble : Désigne la conduite de balle au pied ; par extension désigne le fait de passer un adversaire avec le ballon. Il existe de nombreuses façons différentes de dribbler ; le geste est en général esthétique, et suscite de l'admiration pour les joueurs doués dans ce domaine. L'archétype du dribbleur est l'ancien joueur brésilien

E

Effet  : mouvement de rotation que le joueur donne au ballon en le frappant et qui va modifier sa trajectoire. L'effet est souvent utilisé pour tirer les coups francs directs afin de contourner le mur.

Eliminer [un joueur] : consiste à rendre un joueur inoffensif en le mettant hors de portée du ballon, souvent par un geste technique (par un dribble ou un crochet ou une feinte par exemple). On attribue une "capacité d'élimination" à un joueur capable de dribbler un grand nombre d'adversaires en une traite.

« Enrhumer» : Dans l'expression « enrhumer l'adversaire » pour désigner un joueur qui a pris de vitesse son adversaire.

Eredivisie : 

QUESTIONNAIRE